Pourquoi avons-nous besoin d’habiletés de sécurité émotionnelle ? Nos déclencheurs émotionnels sont des pensées, des mots, des gestes ou d’autres stimuli qui font exploser d’émotions notre esprit et notre corps.

  • Pendant une explosion d’émotions, il est difficile de penser clairement ou de faire des choix éclairés.
  • Les déclencheurs positifs peuvent mener à l’envie d’agir pour faire plaisir à l’autre, d’être avec une personne ou d’appartenir à un groupe au point d’ignorer nos propres limites, notre bien-être ou nos valeurs.
  • Les déclencheurs négatifs peuvent mener à se sentir submergés par des sentiments tels que la colère, la peur, la tristesse, la déception ou l’épuisement.
  • Bien que toutes nos émotions soient normales, nous sommes plus en sécurité lorsque nous pouvons garder nos sentiments sous notre contrôle plutôt que de les laisser nous contrôler.
  • S’exercer d’avance en disant des mots à voix haute et des gestes à faire avec son corps peut aider notre esprit à se souvenir d’utiliser ces habiletés dans la vie réelle.
Voici 12 habiletés Kidpower de sécurité émotionnelle, utiles à tout âge :

Le ‘Pouvoir de se calmer’

1. Le ‘Pouvoir de se calmer’ pour centrer son corps. Pour vous pratiquer, joignez les paumes de vos mains, les doigts d’une main touchant le poignet de la main opposée. Poussez les talons de vos paumes ensemble. Redressez votre dos. Sentez où se trouvent vos pieds. Inspirez lentement et profondément et expirez lentement et calmement.

Maintenant, imaginez que vous êtes contrarié.e et que vous vous sentez que vous perdez votre calme. Utilisez la technique du ‘Pouvoir de se calmer’. Projetez une image paisible dans votre esprit. Dites à vous même : le ‘Pouvoir de se calmer’.

2. Retirer le pouvoir aux mots déclencheurs pour éviter de donner un pouvoir énorme à un ensemble de sons. Notez les mots ou les phrases qui vous contrarient. Dites-les à voix haute, encore et encore, en alternant avec votre nourriture, activité ou lieu de vacances préféré. Par exemple : « Stupide ! Pizza ! » … « Stupide ! Danser ! » … « Stupide ! Hawaii ! »

3. Le ‘Filtre de la sécurité émotionnelle’ permet de bloquer les insultes ou les menaces et de laisser entrer des informations utiles. Pensez à une moustiquaire sur une porte ou une fenêtre qui laisse entrer l’air frais et empêche les insectes d’entrer. Faites une grille avec vos doigts et regardez à travers les trous.

Pour vous exercer, imaginez que quelqu’un vous parle de manière grossière ou menaçante. Utilisez le signal du filtre à mots pour vous aider à vous rappeler d’empêcher d’accepter le comportement ou les mots insultants tout en laissant entrer des informations utiles qui peuvent vous aider à gérer le problème. Vous pouvez également utiliser votre ‘Filtre de la sécurité émotionnelle’ pour éviter d’être submergé par les nouvelles. Ne laissez passer que les informations dont vous avez besoin tout de suite, sans vous laisser emporter par l’intensité, les détails ou l’envie de continuer à regarder.

4. Le manteau de pluie émotionnelle vous aide à protéger vos sentiments lors d’une tempête émotionnelle lorsque ce n’est pas possible de simplement partir. La personne-tempête est peut-être votre supérieur, un parent, un enfant ou un.e client.e. Si vous ne vous protégez pas, vous vous sentirez probablement fort mal. Pensez à la façon dont un imperméable aide à garder votre corps au chaud et au sec pendant un orage. Maintenant, imaginez un imperméable émotionnel qui aide votre esprit et votre corps à rester calmes et paisibles lorsque quelqu’un vous crie dessus.

Pour vous exercer, faites-le avec un.e partenaire ou devant un miroir, en faisant des allers-retours entre la personne qui crie et celle qui utilise la technique. Dans le rôle de la personne contrariée, faites semblant d’être en colère : pointer l’autre du doigt, froncer les sourcils, gesticuler et crier d’une voix fâchée : « BLAH ! BLAH ! BLAH ! Tu es TOUJOURS, BLAH ! BLAH ! Tu n’as JAMAIS, BLAH ! BLAH ! Comment OSES-tu BLAH ! BLAH ! BLAH ?! »

Pendant que vous êtes dans le rôle de la personne qui utilise la technique, imaginez que vous vous protégez de la tempête émotionnelle de l’autre personne. Faites semblant d’enfiler votre imperméable. Sans attendre que l’autre personne fasse une pause, dites à haute voix des phrases de désescalade comme : « C’est triste que tu te sentes comme ça. … Je tiens à toi. … Je comprends …. Je m’en souviens autrement. … Nous pouvons être d’accord que nous ne sommes pas d’accord. … Tu es important.e pour moi. »

Vous pouvez aussi simplement hocher la tête et dire « J’écoute. » Si quelqu’un vous crie dessus au téléphone, vous pouvez vous imaginer en train de porter votre imperméable pendant que vous chronométrez combien de temps ils vont continuer pendant que vous vous contentez d’écouter. Tôt ou tard, l’autre s’essoufflera. Si vous faites cette pratique avec quelqu’un d’autre, remarquez que, lorsque vous êtes la personne qui agit avec colère, il peut être difficile de continuer à s’emporter lorsque l’autre reste calme.

Le ‘Pouvoir des limites’

5. La technique « Ce n’est pas vrai ! » pour arrêter d’accepter des messages blessants qui mélangent quelque chose qui EST vrai avec quelque chose qui n’est PAS vrai. Faites une « barrière » ou une « clôture » en plaçant vos mains devant votre corps à hauteur de la taille, les paumes tournées vers le sol, tout en gardant les coudes légèrement pliés. Ce geste vous aide à montrer une limite. Dites d’une voix ferme : « Ce n’est pas vrai ! » lorsque vous dites ou que quelqu’un d’autre dit des messages blessants comme :

  • « Tu es épouvantable parce que tu es différent.e. »
  • « Tu ne vaux rien parce que tu as des problèmes. »
  • « Tu es un.e mauvais.e ami.e parce que tu ne fais pas ce que je veux. »
  • « Tu es laid.e à cause de ton apparence. »
  • « Tu es un bébé parce que tu pleures. » (Même les enfants de 3 ans crient joyeusement « C’est faux ! »)
  • « Personne ne s’intéressera à moi parce que je suis ___(trop vieux/jeune/handicapé/pauvre). »

Le ‘Pouvoir de la poubelle-à-mots’

6. Votre ‘Poubelle-à-mots’ personnelle peut vous aider à protéger vos sentiments des mots blessants que les autres disent ou que vous vous dites. Souvent, ce n’est pas suffisant de simplement ignorer les messages désobligeants. Ces mots et ces images peuvent s’incruster dans notre cœur ou notre tête et y rester pendant très longtemps. Au lieu de laisser cela se produire, nous pouvons imaginer de jeter ces mots dans une poubelle et d’accueillir des messages aimables dans notre cœur.

Pour vous pratiquer, prenez une main et mettez-la sur votre hanche. Le trou que fait votre bras est votre Poubelle-à-mots Kidpower personnelle. Utilisez votre autre main pour attraper les mots blessants et les jeter dans votre poubelle. Maintenant, dites-vous quelque chose de positif. Pressez vos mains contre votre poitrine pour utiliser votre ‘Pouvoir du cœur’ pour recevoir des messages positifs.

Par exemple, imaginez que vous vous dites : « Je me sens tellement stupide d’avoir fait cette erreur. » Attrapez et jetez les mots ‘si stupide’. Maintenant, placez vos mains sur votre cœur et dites à voix haute : « Les erreurs font partie de d’apprendre. » Pensez à d’autres exemples de messages blessants que vous voulez jeter et transformer et à quels messages positifs vous pouvez accueillir. Vous pouvez aussi utiliser une vraie poubelle ou faire le même exercice dans votre imagination.

Le ‘Pouvoir du cœur’

7. Le ‘Pouvoir du cœur’ nous aide à accueillir les bonnes choses dans notre cœur, à protéger notre cœur des messages blessants et à utiliser notre cœur pour se relier ou se ‘connecter’ aux autres.

Pour vous exercer, imaginez que vous soulevez des mots gentils et que vous les mettez dans votre cœur.

Imaginez maintenant que quelqu’un agit de façon blessante. Placez vos mains sur votre poitrine, au-dessus de votre cœur, pour vous rappeler de bloquer ces messages blessants.

Maintenant, mettez vos mains sur votre poitrine au-dessus de votre cœur et déplacez-les vers l’extérieur, tout en imaginant que vous utilisez votre cœur pour être aimable envers une autre personne.

8. Ajuster sa distance émotionnelle lorsque vous avez affaire à des personnes importantes dans votre vie qui alternent entre un comportement aimable et blessant. Lorsqu’une personne qui vous est chère est méchante avec vous, cela peut vraiment faire mal si vous restez émotionnellement proche en gardant votre cœur et votre esprit grands ouverts. Au lieu de cela, vous pouvez imaginer d’éloigner physiquement votre corps (si vous ne pouvez pas quitter pour vrai) tout en prenant de la distance de l’autre émotivement.

Ajuster notre distance émotionnelle peut vouloir dire laisser quelqu’un d’autre avoir le dernier mot, changer de sujet, ou simplement ne pas répondre à une insulte ou à un ton méchant. Ajuster sa distance émotionnelle peut également vouloir dire choisir de ne pas consulter les actualités ou les médias sociaux, si ce que nous y voyons est bouleversant, accablant ou simplement mauvais pour nous émotionnellement.

Vous pouvez vous exercer à ajuster votre distance émotionnelle devant un miroir ou avec un partenaire. Commencez par vous rapprocher, puis imaginez que la personne fait des grimaces et des bruits grossiers. Tout d’abord, reculez tranquillement, en plaçant vos mains sur votre poitrine pour vous rappeler d’utiliser votre ‘Pouvoir du cœur’ afin de protéger vos sentiments pendant que vous éloignez votre corps. Maintenant, rapprochez-vous à nouveau de votre partenaire de pratique ou du miroir. Imaginez simplement que vous vous éloignez en faisant des déclarations calmes qui peuvent être liées ou non à ce que l’autre personne est en train de dire, par exemple : « Merci de me le dire… Ok… Belle journée, n’est-ce pas ? …. On se fait du pop-corn ? »

Il arrive également que l’ajustement de la distance émotionnelle permette de protéger les autres des NOUS lorsque c’est nous qui sommes grognons ! S’éloigner des gens au lieu d’être méchant avec eux peut nous donner l’espace et le temps nécessaire pour utiliser d’autres habiletés de sécurité émotionnelle pour aider à nous calmer et gérer nos sentiments en toute sécurité.

9. La technique d’un porteur d’inquiétude consiste à déléguer une inquiétude à une personne ou un objet. Demandez à un.e ami.e de s’inquiéter pour vous lorsque vous vous sentez nerveux ou proposez de le faire pour une personne qui vous est chère et qui traverse une période difficile. Vous pouvez également imaginer de donner vos soucis à un arbre, un rocher ou une marionnette.

Pour vous pratiquer, dites-vous : « Stress! Anxiété ! Inquiétude ! » Maintenant, dites à voix haute : « Je délègue mes soucis à ____________ (mon ami.e, mon jardin, ce rocher). Maintenant, mon travail est de la.le laisser s’inquiéter pour que je puisse me concentrer sur __________ (prendre soin de moi, dormir, finir quelque chose, m’amuser). » Pour offrir ce rôle à quelqu’un d’autre, vous pouvez dire : « Je fais un excellent travail de m’inquiéter. Peux-tu me laisser m’inquiéter pour toi pendant un moment ? Comme ça, si tu commences à t’inquiéter, rappelle-toi simplement que je fais ce travail à ta place pour que tu n’aies pas à le faire. »

10. Quitter avec affection ou bienveillance ppour éviter un conflit qui ne peut être résolu, du moins à ce moment-là. Si quelqu’un commence à agir d’une manière émotivement dangereuse et/ou potentiellement abusive physiquement, un de nos choix est de se protéger émotionnellement tout en se désengageant du conflit et en quittant avec bienveillance.

Pour vous exercer, avec un partenaire ou devant un miroir, imaginez qu’une personne qui vous est chère vous dit avec colère : « Je ne t’aime pas ! » Imaginez que ces mots vous font imploser intérieurement en vous disant : « Ouille ! Mon ami.e ne m’aime pas. Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? » Maintenant imaginez le contraire, que vous explosez vers l’autre en secouant le poing et en criant : « Hé ! Comment oses-tu me parler comme ça ! » Dans les deux cas, ces réactions risquent d’aggraver le problème. Au lieu de cela, pratiquez-vous à quitter physiquement tout en disant clairement, calmement et respectueusement : « C’est triste que tu te sentes comme ça parce que je tiens beaucoup à toi. Nous parlerons plus tard. »

Dans nos ateliers avec des survivant.e.s de violence conjugale ou intime, nous les guidons à s’exercer à dire calmement tout en quittant : « Je t’aime. Je ne ferais jamais les choses horribles que tu dis …. Parlons-nous plus tard quand nous serons reposé.e.s. » Dans une situation dangereuse, vous devrez peut-être mentir et dire tout ce que la personne veut entendre tout en quittant pour aller dans un endroit plus sûr. Partir avec bienveillance dans un milieu de travail peut vouloir dire changer d’emploi en quittant de manière positive.

11. Recadrer pour aider à voir une personne, une relation, une caractéristique ou un problème sous un angle positif plutôt que négatif. Au lieu de dire « Je dois… », dites « Je peux … ». Au lieu de dire « Je ne peux pas … », dites-vous « Je suis en train d’apprendre à … ». Voici une histoire vraie sur le recadrage : Round Like A Full Moon . [Rond comme la pleine lune.]

12. Regarder l’autre avec les « Yeux du cœur » pour vous rappeler d’utiliser votre compassion. Vous pouvez décider d’emblée de NE PAS prendre personnellement le comportement blessant ou agaçant d’une personne proche. Parfois, se dire qu’une personne n’est pas capable de s’arrêter sur le vif peut nous aider à laisser aller nos sentiments de colère à ce moment-là, tout en posant des limites si nécessaire. Il se peut que nous ne puissions pas choisir comment l’autre personne agit. Nous POUVONS par contre choisir notre réponse à ce comportement. Pour vous exercer, formez un cœur avec vos mains. Regardez à travers ce “cœur” pour voir l’autre personne avec votre regard d’affection ou de compassion pour elle et vous aider à vous rappeler pourquoi elle est importante pour vous. Voir : Kidpower’s “Eyes of Love” Success Story! [L’histoire de succès des ‘Yeux du cœur’ de Kidpower]

Cet ‘article en vedette’ est téléchargeable pour votre usage personnel . Vous pouvez imprimer une (1) copie gratuitement à condition de garder intact le fichier PDF et de ne pas l’afficher ou le partager par voie électronique, conformément à nos Conditions pour l’autorisation d’utiliser. En complétant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des courriels de Kidpower. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Vous recevrez un courriel contenant un lien sécurisé et crypté pour télécharger le PDF. SVP considérez nous faire un don pour soutenir l’accès à nos ressources en ligne gratuites.

Pour plus d’informations sur les ressources de Kidpower pour enseigner ces habiletés et concepts de sécurité, consultez notre Bibliothèque en ligne (adhésion communautaire gratuite) et notre Librairie RelationSafe™.

(Êtes-vous membre de notre bibliothèque ? Abonnez-vous ou accédez à votre compte pour obtenir des téléchargements directs et un accès gratuit à des centaines d’autres ressources Kidpower).

Copyright © 2022 – présent. Tous droits réservés.

Publié : 17 février 2021 | Dernière mise à jour : 17 février 2021

Traduction : Marylaine Léger

Kidpower Founder and Executive Irene van der Zande is a master at teaching safety through stories and practices and at inspiring others to do the same. Her child protection and personal safety expertise has been featured by USA Today, CNN, Today Moms, the LA Times, and The Wall Street Journal. Publications include: cartoon-illustrated Kidpower Safety Comics and Kidpower Teaching Books curriculum; Bullying: What Adults Need to Know and Do to Keep Kids Safe; the Relationship Safety Skills Handbook for Teens and Adults; Earliest Teachable Moment: Personal Safety for Babies, Toddlers, and Preschoolers; The Kidpower Book for Caring Adults: Personal Safety, Self-Protection, Confidence, and Advocacy for Young People, and the Amazon Best Seller Doing Right by Our Kids: Protecting Child Safety at All Levels.